GRINDHOUSE
Séance n°1

Projection le jeudi 27 octobre 2016 à 21h00:

Futur spéculatif avec les œuvres de Aids 3D, Loretta Fahrenholz et Lynn Hershman Leeson.

Pendant trois soirées cet automne, In extenso se transforme en « Grindhouse », ces anciennes salles de cinéma américaines dédiées à la projection de films d’ « exploitation », afin de projeter des films ou vidéos d’artistes contemporains qui, comme les cinéastes catalogués dans ce genre, se jouent des tabous, et laissent une place importante à la créativité et l’expérimentation sonore et visuelle.

Les vidéos ou films d’artistes admettent souvent une proximité (s’ils n’en font pas partie) avec ce genre cinématographique (petits budgets, insoumission à la censure, dimension critique, circuit parallèle à celui du cinéma blockbuster…), qui bien que mal compris et mal analysé durant son âge d’or (les années 50, 60 et 70), a produit pléthore de films aujourd’hui considérés comme remarquables autant par la richesse de leur expérimentation visuelle, de leur orientation musicale que par leur regard décalé ou critique sur la société et leur positionnement contre-culturel.

Suivant la fréquence de programmation de ces cinémas, plusieurs films ou vidéos seront projetés par soirée, en lien avec une thématique à propos de laquelle les spectateurs seront amenés à discuter et échanger. De même que dans ces salles de cinéma, il sera permis de boire et manger, voir même de dormir, les backrooms seront en revanche difficilement envisageables…

Pendant trois soirées cet automne, In extenso se transforme en « Grindhouse », ces anciennes salles de cinéma américaines dédiées à la projection de films d’ « exploitation », afin de projeter des films ou vidéos d’artistes contemporains qui, comme les cinéastes catalogués dans ce genre, se jouent des tabous, et laissent une place importante à la créativité et l’expérimentation sonore et visuelle.

Les vidéos ou films d’artistes admettent souvent une proximité (s’ils n’en font pas partie) avec ce genre cinématographique (petits budgets, insoumission à la censure, dimension critique, circuit parallèle à celui du cinéma blockbuster…), qui bien que mal compris et mal analysé durant son âge d’or (les années 50, 60 et 70), a produit pléthore de films aujourd’hui considérés comme remarquables autant par la richesse de leur expérimentation visuelle, de leur orientation musicale que par leur regard décalé ou critique sur la société et leur positionnement contre-culturel.

Suivant la fréquence de programmation de ces cinémas, plusieurs films ou vidéos seront projetés par soirée, en lien avec une thématique à propos de laquelle les spectateurs seront amenés à discuter et échanger. De même que dans ces salles de cinéma, il sera permis de boire et manger, voir même de dormir, les backrooms seront en revanche difficilement envisageables…

FUTUR SPÉCULATIF

Alors que l’ère moderne portait un regard plein d’espérance sur le futur, dans lequel l’humanité était amenée à faire cohabiter harmonieusement technologie et société, quel regard portent les artistes sur le futur en ce début de XXIème siècle ? Après le slogan « No-Futur », la post-modernité et la fin des grands discours, la mutation de l’humanisme en post-humanisme, une fusion accrue de l’homme et des nouvelles technologies à l’heure du tout internet, quelles visions et imaginations nous permettent encore de croire au futur ?

Aids-3D

Forever Heath Death, 2009

digital video

1:43 min

Courtesy des artistes et Kraupa-Tuskany Zeidler, Berlin

Loretta Fahrenholz

Ditch Plains, 2013

HDV

29 min

Courtesy de l'artiste et Galerie Buchholz, Berlin/Cologne/New York

Lynn Hershman Leeson

Teknolust, 2002-2003

film 35 mm

82 min

Courtesy de Lynn Hershman Leeson

Remerciements:

Les artistes, les galeries Kraupa-Tuskany Zeidler et Buchholz, l’École supérieure d'art de Clermont-Métropole (ESACM), et les services techniques de la ville de Clermont-Ferrand.